Le parti


NDA2017

Debout La France en bref …

 

Chômage, insécurité, dette, scandales à répétitions… vous souffrez de voir la France tomber si bas. Vous êtes, à raison, écœurés par la vie politique de notre pays. Ce faux choix entre un système politique à bout de souffle et des extrêmes sans solutions réalistes.

 

Pour sortir de ce choix imposé par les médias entre le trop connu dont nous ne voulons plus et l’inconnu dont nous ne voulons pas, Debout la France vous offre une autre politique intègre, efficace, de proximité. Rejoignez Debout la France, le seul parti neuf, qui propose un projet de rupture et de rassemblement dans un esprit positif. Oui, notre pays a des atouts.

Nous, Français, pouvons nous en sortir à condition ensemble de le vouloir. Aidez nous Alors engagez-vous !

Pour une France debout !

« Ni système ni extrêmes…la France. » A l’origine de Debout la France, il y a un homme, un rejet, une volonté.

L’homme : Nicolas Dupont-Aignan, député-maire de Yerres (Essonne) depuis 1995.

Le rejet : le refus des connivences, des complaisances, des compromissions du système, le refus du déclin et de la fatalité.

La volonté : l’ambition de rendre à la politique sa propreté, à la République sa dignité, à la France son indépendance aliénée, sa fierté oubliée, sa grandeur perdue.

D’abord club de réflexion, puis mouvement politique, sous le nom de Debout la République, puis de Debout la France (depuis octobre 2014), DLF est le plus jeune de nos partis politiques.

Crédité de 1,8% des suffrages à l’élection présidentielle de 2012, de 4% aux élections européennes de 2014, de 5% d’après les derniers sondages  (et de 8% en Ile-de-France), fort de ses 15.000 militants, DLF est désormais le seul vecteur crédible du renouveau, de la rupture sans l’aventure.

Sous la direction de Nicolas Dupont-Aignan, DLF poursuit un seul objectif : remettre la France debout.

Debout La France en bref ... de 1999 à 2012
Debout La France en bref … de 1999 à 2012

► 1999 – Création du Club de réflexion gaulliste Debout la République au sein du RPR puis de l’UMP.

► Novembre 2008 – Le Club de réflexion se transforme en parti politique à part entière lors d’un Congrès fondateur qui rassemble, le 23 novembre 2008, plus de 1.200 personnes à la Mutualité.

► Juin 2009 – DLR réussit le tour de force, six mois après sa création, de présenter des listes dans toute la France métropolitaine aux élections Européennes. Les candidats gaullistes et républicains dépassent 2,5% dans trois grandes Régions sur sept et approchent les 2% en moyenne nationale (304.769 voix). Pas suffisant hélas pour être remboursés de leurs frais de campagne.

► Mars 2010 – Elections Régionales. DLR présente une liste en Ile-de-France, menée par Nicolas Dupont-Aignan. Avec 4,2% des voix, elle devance le MoDem de François Bayrou (3,9%) et le NPA d’Olivier Besancenot (3,1%). « Valeurs Actuelles » classe DLR parmi les grands vainqueurs de l’élection et « Le Parisien » qualifie le score de Nicolas Dupont-Aignan de « vraie surprise du scrutin ». Dans le détail, DLR franchit le seuil des 5% dans 441 communes franciliennes, dépasse les 10% dans 62 communes, est au-delà des 15% dans 19 et franchit la barre des 20% dans 10 ! En Haute-Normandie, la liste menée par Brigitte Brière recueille 1,79% des voix et dans la Région Lorraine, la liste conduite par Jean-Luc André atteint 2,25%.

► Avril 2010 – Grande convention nationale – DLR organise à l’Assemblée nationale sa première Grande convention nationale. A l’initiative de Jean-Pierre Gérard, elle est consacrée à l’emploi et réunit plus de 500 personnes dont de nombreux experts. D’autres Conventions suivront, consacrées à l’Ecole ou encore à l’immigration.

► Novembre 2010 – Deuxième Congrès national – DLR organise son deuxième Congrès national salle Olympe de Gouges. Devant 1.500 personnes, Nicolas Dupont-Aignan annonce sa candidature à l’élection présidentielle de 2012

► Mars 2011  – Cantonales – DLR présente dans toute la France une centaine de candidats lors des élections Cantonales. Le mouvement enregistre l’élection ou la réélection de plusieurs Conseillers généraux dont Jean-Pierre Enjalbert (Val d’Oise), Michel Baumont (Meurthe-et-Moselle), Alain Guinoiseau (Mayenne), Nicolas Lottin (Somme), Nicole Lamoth (Essonne), François Vermande (Cantal) ou Claude Marcou (Ain). Plusieurs autres candidats dépassent la barre des 5%.

► Décembre 2011 – 10 000 ! – DLR enregistre son 10.000ème adhérent

 Janvier 2012  – Parrainages obtenus ! – Nicolas Dupont-Aignan acquiert la certitude de dépasser le seuil des 500 parrainages d’élus nécessaires pour se présenter à l’élection présidentielle. Ce sont finalement 750 maires et élus locaux qui parraineront sa candidature.

► Avril 2012 – Election présidentielle – Nicolas Dupont-Aignan recueille 643.907 voix (1,79% des suffrages) au 1er tour de l’élection présidentielle.

► Juin 2012 – Elections législatives – Lors des élections législatives, DLR présente plus de 300 candidats (dont 164 femmes) dans toute la France. 103 candidats dépassent le seuil des 1% et permettent au mouvement d’entrer dans le club très restreint des partis politiques bénéficiaires du financement public. Nicolas Dupont-Aignan est réélu député de l’Essonne avec 61,4% des voix.

Debout La France en bref ... de 2012 à ce jour

► Mars 2014 – Municipales – Pour les Municipales, DLR investit 132 listes (Commission d’investiture présidée par Patrick Mignon). A Yerres, Nicolas Dupont-Aignan est réélu avec 77,14% des voix. De nombreux maires sont confirmés dans leur mandat (Jean-Pierre Enjalbert à Saint-Prix, Anne Boissel à Saon…). Des maires sont élus pour la première fois, tel Georges Pujals à Epinay-sous-Sénart.

 Mai 2014 – Elections européennes – Lors des élections Européennes, DLR présente des listes dans les huit grandes circonscriptions (métropole et Outre-mer). Dans ces conditions de vote défavorables (absence de bulletins de vote dans plusieurs villes, nombreux bulletins erronés…), les listes « Debout la France ! » recueillent 723.956 voix (3,82%, 4,14% si l’on tient compte uniquement de la métropole) avec des pics dans le Centre (4,60%), l’Est (4,16%) et le Nord-Ouest (4,15%). DLR dépasse les 5% dans 50 circonscriptions et la liste « Debout la France ! » arrive en tête dans 29 communes ! DLR s’impose ainsi comme le 7ème parti de France.

► Octobre 2014 – Changement de nom ! – Le 12 octobre 2014, Debout la République organise son quatrième Congrès national dans une salle Olympe de Gouges pleine à craquer. Les adhérents sont notamment appelés à se prononcer sur un éventuel changement de nom du mouvement. 3.122 bulletins sont trouvés dans les urnes. Debout la France recueille 2.716 voix (87%), Debout la République 343 voix (11%), 63 bulletins blancs ou nuls (2%). Debout la République devient Debout la France.

► Mars 2015 – Elections départementales – A l’occasion 1er tour des élections départementales du 23 mars 2015, Debout la France a présenté près de 600 candidats qui ont, en moyenne, rassemblé autour de 5% des suffrages exprimés dans leurs cantons.

► Décembre 2015 – Elections régionales – Aux élections régionales 2015, Debout la France présentera des listes autonomes dans toutes les régions.

Aidez nous Alors engagez-vous !

logo-post